Extrait du courrier des campeurs nº4

 

DSC00093 3Les tentes d’hiver sont souvent fabriquées plus solides évidemment que les tentes 3 saisons de façon à supporter le poids de la neige, mais également offrent moins de capacité de ventilation que les autres types de tente malgré les améliorations apportées lors des récentes années. La raison est fort simple : qui dit solidité, dit toile au lieu de filet dans la construction des murs de la tente. Or, en plus de limiter l’entrée des moustiques dans la tente, les moustiquaires permettent une ventilation appréciable, beaucoup plus qu’une toile pleine.

Ventilation et condensation

L’air froid de l’hiver se sature plus rapidement en humidité que l’air chaud. Le CO2 chaud s’échappant à chacune de vos respirations l’hiver se condense rapidement au contact de l’air froid ambiant et l’effet direct est l’augmentation rapide du taux d’humidité dans la tente. Si ce taux atteint la saturation à 100%, des gouttelettes d’eau se forment sur les parois de la tente et elles gèlent instantanément. Là, l’atmosphère ambiante à l’intérieur de la tente peut devenir insoutenable.

Une source de chaleur très simple telle une bougie peut remédier en partie au problème. Toutefois, si vous faites fondre de la neige pour avoir de l’eau, faites gaffe. Bien sûr, mis à part le danger du feu à l’intérieur, la chaleur produite par le réchaud risque de ne pas supplanter la vapeur d’eau dégagée par la fonte de la neige.

Coucher à la belle étoile

Nous ne voulons pas vous effrayer et vous dire que coucher dehors l’hiver est inconfortable. Bien au contraire, il s’agit de l’une des expériences les plus enivrantes pour un campeur.

Certaines personnes préféreront coucher à la belle étoile. Le taux d’humidité ambiant sera plus bas effectivement…s’il ne neige pas. Et même s’il ne neige pas, sachez qu’il n’y a pas que des avantages, un autre, non négligeable, étant de fermer et d’ouvrir ses yeux en admirant les étoiles. Parmi les désavantages, il peut y avoir le vent, la condensation immédiate sous forme de cristaux de glace sur votre sac de couchage et sur votre peau du visage de l’air chaud expiré par vos respirations. Glissez hors du tapis de sol et voilà votre sac humide.

Si votre sac est en duvet, vous avez un problème si vous devez coucher plusieurs journées au grand air. Quant au vent, la construction fort simple d’un muret de neige face aux vents dominants diminuera cet effet désagréable. Autre avantage de coucher à la belle étoile : c’est bien connu, la froidure donne l’envie d’uriner plus souvent qu’à son tour. Coucher au grand air et la valse des fermetures à glissière de tente se tait. Un peu de respect pour les compagnons jusqu’à ce que ce soit leur tour.

L’expérience personnelle

Coucher dehors l’hiver au moins une fois dans votre vie, ou plutôt 2. Ce sont des expériences inoubliables et vous pourriez bien restez accroc. Ne vous en faites pas, c’est de santé. Essayez l’un et l’autre des moyens proposés. Vous serez alors en mesure de déterminer ce qui vous convient le mieux.

B. Galaise